La Maison éco-paysanne #2

Le nouveau centre d’interprétation de l’architecture oléronaise a ouvert au public ce samedi 15 septembre 2018 à Grand-Village. Un concept réussi pour valoriser et comprendre le patrimoine bâti de l’île d’Oléron. La visite du chantier en juin dernier m’avait tenue en haleine. Je ne pouvais manquer l’occasion d’assister à l’ouverture tant attendue du site et vous raconter cette première visite.

Une architecture moderne

L’espace muséographique est installé dans un bâtiment à l’architecture moderne. Il présente un grand rectangle dont la façade alterne avec des parties pleines enduites à la chaux et des parties ouvertes en pierres apparentes.

Façade sud du centre d'interprétation de la Maison éco-paysanne à Grand-Village-Plage
Façade sud du centre d’interprétation de la Maison éco-paysanne à Grand-Village-Plage

L’exposition permanente

Le centre d’interprétation plonge le visiteur dans l’univers des villages oléronais d’hier et des éco-hameaux d’aujourd’hui. Il nous invite à comprendre les modes de vie d’autrefois et à appréhender l’identité culturelle de l’île.

L’architecture d’hier, le premier atout touristique de l’île

Un premier module me transporte dans la vision touristique de l’île d’Oléron, telle qu’on la percevait au siècle dernier. L’architecture oléronaise était déjà un sujet de prédilection pour les peintres et aquarellistes du début du 20e siècle. Les oeuvres d’Ernest et Louis Lessieux témoignent en partie de cette fascination pour le patrimoine bâti.

Galerie de peinture
L’architecture oléronaise en peinture

Aux peintures de scènes de vie, font écho les premières photographies de villages. Elles font alors l’objet de nombreux tirages en cartes postales que les premiers vacanciers se plaisent à envoyer. On aime y mettre en scène les villageois en costume traditionnel devant les maisons à escalier, si typiques des hameaux oléronais.

L’île d’Oléron en cartes postales au début du 20e siècle

L’île d’Oléron, un écosystème fragile en perpétuelle évolution

La géologie de l’île d’Oléron est présentée à l’aide d’une grande maquette tactile. La superposition multimédia de cartes, du 17e au 19e siècle, permet de visualiser l’évolution du trait de côte.

Maquette interactive de l'île d'Oléron
Maquette interactive de l’île d’Oléron

En approchant de plus près la reproduction d’une carte de Claude Masse datant du 17e siècle, je remarque que le village de la Menounière est orthographié la Menonière… La Brimaudière se disait la Brumaudière.

Détail de la carte de Claude Masse, ingénieur-géographe de Louis XIV
Détail de la carte de Claude Masse, ingénieur-géographe de Louis XIV

Les parfums ou l’empreinte olfactive d’Oléron

La muséographie joue de différents supports pour éveiller tous les sens du visiteur qu’il soit visuel, tactile, sonore et même olfactif ! Ah le doux parfum des immortelles ! Aucun doute, nous sommes sur l’île d’Oléron !

Les supports olfactifs. Reconnaissez-vous les parfums de l’île d’Oléron ?

Les villages à travers les époques

J’ai découvert ici l’origine des suffixes des villages en -ier ou -ière : la Menounière, la Natonnière, la Chefmalière, la Valinière, la … oui, il y en beaucoup ! Je vous laisse percer le secret des noms de village en visitant l’exposition ; je ne vais quand même pas tout dévoiler 😉

Les villages oléronais au fil des siècles

Focus sur les villages de Chaucre et Domino

Des maquettes et des dioramas nous transportent au coeur des villages les plus typiques de l’île d’Oléron.

Maquette en 3D du village de Chaucre
Maquette en 3D du village de Chaucre

L’art d’adapter une maison à son environnement

De la construction d’hier, à celle de demain, la conception architecturale de notre habitat suscite la réflexion. La visite de la maison éco-paysanne est aussi l’occasion de s’interroger sur l’évolution de cette architecture et de prendre conscience de l’importance de restaurer notre patrimoine bâti avec des matériaux adaptés à l’environnement insulaire.

Visiteur
Le public découvre l’exposition

Allez voir cette exposition, elle vaut vraiment le détour !

La ferme traditionnelle

La visite se poursuit à l’extérieur autour de l’ancienne ferme oléronaise construite dans les années 70 par le groupe folklorique « Les Déjhouqués ». Elle s’articule autour d’une maison d’habitation, de granges et de chais. Je reviendrai découvrir ces bâtiments traditionnels lors d’un prochain atelier de sensibilisation aux éco-matériaux organisé par la Maison éco-paysanne. Mais vous pouvez aussi retrouver les photos dans un article précédent : La Maison éco-paysanne #1.

Balade architecturale en coeur de village

Le musée propose également des balades architecturales commentées au coeur du village. Elles ont lieu tous les mercredis à 15 heures, jusqu’au 31 octobre 2018.
Je prends date pour une prochaine découverte !

Si vous avez aimé cet article, laissez-moi un commentaire et partagez-le auprès de vos amis !

Informations pratiques

Adresse : 3 boulevard de la plage 17370 Grand-Village – France
Tél. +33 5 46 85 56 45
Site Internet : http://www.maison-eco-paysanne.fr/

1 réflexion sur “La Maison éco-paysanne #2”

  1. Bravo pour ce beau reportage et pour les belles photos.C’est un bel endroit dans un cadre magnifique qui nous permet d’appendre beaucoup sur notre passé et nous faire réfléchir pour le futur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.